Face a la vague d'impunite dont jouit la police...

Alors il parait que la justice est laxiste et qu'il va falloir sevir. Je sais pas, mais ce qu'on peut dire, c'est que les prisons ne desemplissent pas, que les peines d'emprisonnement rallongent, et qu'on construit de nouvelles prisons. Par exemple pour Jerome, le jeune qui a tire sur un flic apres la mort d'Habib (tue par un flic), c'est 12 ans ferme (verdict du 21 decembre 2000), et pour Lasaad, qui dans les mmes circonstances a Mantes la Jolie, avait lui aussi tire sur un flic, a pris 14 ans ferme (decision rendue le 22 janvier 2001). Voila pour le c™te laxiste. Pour le cote severite, les flics qui eux ont commis des meurtres, "l'affaire suit son cours", autant dire que a tra”ne, c'est plus clair. Face a cette "Justice", le Mouvement de l'Immigration et des Banlieues (MIB) s'occupe de ces affaires pour ne pas les voir finir en non-lieux dans 10 ou 20 ans. Voici leur texte sur deux affaires en cours qui nous rappellent que pour ne plus laisser faire, il ne faut plus se taire.

 

Trois deces en detention dans une mme famille a Strasbourg.

Fin juillet 2000, nous apprenons, par un article des " Dernieres nouvelles d'Alsace ", le deces d'un jeune homme de 21 ans, Fabrice Aiout, en garde a vue dans les ge™les du commissariat de Strasbourg. Le flou habituel des informations que nous tentons d'obtenir (les flics contactes par telephone semblent avoir "regle definitivement cette affaire" a peine une semaine apres les faits) nous conduit a prendre contact avec la famille. Nous apprenons alors que cette famille de 15 enfants compte deja 2 deces en detention !! En effet, le 20 octobre 1994, Louise-Franoise Aiout est decedee au centre de detention de Metz. Seule explication avancee par l'administration penitentiaire : "les glo”tres se sont fermes, elle est morte etouffee dans la nuit... ". Depuis, rien de nouveau, M. Aiout n'a mme jamais reu d'informations officielles sur le deces de sa fille en prison. Ni de la prison, ni du tribunal. L'avocat commis d'office n'ayant pas donne signe de vie, l'affaire n'a connu aucune suite judiciaire. Trois ans plus tard, le 26 mars 1997, la famille revit le mme drame avec la mort de Jean-Frederic decede a la prison de l'Elsau a Strasbourg. C'est au mitard qu'il est retrouve sans vie. Jean-Frederic serait entre en possession d'une cigarette et d'un briquet qui lui aurait permis de mettre le feu a son matelas. Selon Ma”tre Pietry, avocate chargee de l'affaire (qui compte s'en dessaisir rapidement), l'alarme a incendie n'aurait pas fonctionne. Hypothese inverifiable puisque ni la famille, ni l'avocate n'ont pu avoir acces au dossier d'enqute sur les causes du deces. En outre, aucun juge d'instruction n'a ete saisi de l'affaire, ce qui selon l'avocate "montre tout le desintert du parquet de Strasbourg pour cette affaire". Suite a cela, le directeur de la prison de l'Elsau a ete mute. Toutes les demarches entreprises par M. Aiout (appel a temoin par l'intermediaire d'une radio locale) n'ont pas permis d'obtenir plus d'informations. Le dossier d'enqute a ete classe le 8 juillet 1997! La plainte avec constitution de partie civile deposee le 15 juillet 1997 par M. Pietry n'a pas ete instruite. Fabrice, lui, decedera le 19 juillet 2000 au commissariat de la Nuee Bleue. Ma”tre Malka, en charge de l'affaire, n'a toujours pas eu acces au dossier d'autopsie, et le dossier d'enqute sur les causes de la mort est en cours. Il est clair que cette troisieme affaire prend judiciairement les mmes directions que les deux autres. Cette famille litteralement decimee n'a beneficie d'aucun soutien jusqu'a notre rencontre. Elle etait jusqu'a il y a quatre mois completement isolee dans sa souffrance, entretenue par l'ignorance des circonstances exactes du deces de trois de ses membres. Plusieurs associations ( Festival Permanent contre les Lois Racistes, M.I.B, Familles en Lutte contre l'Insecurite et les Deces en Detentions ) ont decide de soutenir la famille afin que toute la lumiere soit faite sur les deces de Louise-Franoise, Fabrice et Jean-Frederic.

PAS DE JUSTICE, PAS DE PAIX. Festival Permanent contre les Lois Racistes, BP 73, 67 061 Strasbourg cedex Tel/Fax: 03 88 32 37 52


JUSTICE POUR HABIB ET TOUS LES JEUNES ASSASSINNES

/13/12/98 toulouse is burning toulouse brule, ils ont tue Habib !

REPRESSION : Le local parisien du MIB evacue par la police 20/05/00

Le Mirail a Toulouse : un quartier abandonne

Un enseignant de la Zep du Mirail, qui connait depuis plusieurs annees le quartier et sa situation scolaire, dresse un constat alarmant. Derriere un &laqno;decor» de façade, c'est tout un quartier qui est laisse a l'abandon, avec des familles dans la misere et les jeunes dans la rue.

Interview du MIB Mouvement Immigration Banlieue

Le MIB est l'un des seuls mouvements d'auto-organisation des jeunes des quartiers. Il lutte prioritairement contre les violences et les meurtres policiers, contre la discrimination, pour la Justice dans les cites...

Les cites en chiffres (statistiques des cites toulousaines)

Sur la base des stats des quartiers du Mirail, La Faouerette, Empalot, Bagatelle, la composition sociale des quartiers...

Ils ont tue Habib ! assassine par la police a Toulouse en Decembre 98

Au Mirail, l'association le 9BIS organise les jeunes. Interview

Apres l'assassinat d'Habib par la police, les jeunes du Mirail ont decide de s'organiser pour faire la lumiere sur ce meutre policier de plus...

Securite, securite, a propos de la police dans les quartiers

UN PARE-BRISE NIQUe... 8 MOIS FERMES - 1 600 JUIFS CRAMES... PReFET, MINISTRE...

recueil de textes sur la lutte des sans papiers